D’après un sondage réalisé pour CIBC, 63% des milléniaux âgés entre 18 et 34 ans propriétaires d’une maison comptent vendre leur demeure parce qu’ils se sentent étouffés par les coûts de l’hypothèque et autres dépenses associées à l’entretien de la propriété.

Ce genre de statistique nous irrite pas mal. Ce que ça me dit, c’est que 63% des jeunes propriétaires n’ont pas bien été conseillés à l’achat de leur propriété. Résultat: un nombre alarmant de propriétaires sont financièrement pris à la gorge et souffrant du fameux “buyer’s remorse” (regret immobilier).

Contrairement à la croyance générale, notre travail de courtier n’est pas de vendre des propriétés ou de trouver celle qui correspond le mieux à votre checklist de la maison idéale. Notre vrai travail consiste plutôt à exploiter notre expertise en immobilier afin de vous aider à prendre des décisions sensées, en accord avec votre style de vie et, surtout, votre budget.

Voici donc une liste de cinq erreurs à éviter si vous tenez à ce que l’achat de votre première maison ne vous réserve pas de surprises sur le plan des finances !


Première erreur: Sous estimer les dépenses requises

Si vous êtes prêts à acheter votre première maison, vous avez sans doute économisé sagement pour financer un mise de fonds (cash down). Or, l’achat d’une maison vient avec une brochette de frais additionnels qui totalisent plusieurs milliers de dollars.

    Une assurance prêt hypothécaire (si votre mise de fonds est moins de 20% de la valeur de la propriété)

    Les frais de transaction (environ 500 $)

    Les honoraires du notaire (X% du prix de vente)

    Le coût de l’inspection (entre 400 $ et 600 $)

    Le coûts d’autres analyses et études (si recommandé par l’inspecteur)

    Les taxes: celle de mutation (dite taxe de bienvenue), les taxes scolaires, les taxes municipales…

    Les frais de copropriété si vous faites l’acquisition d’un condo


Le montant de ces frais varie en fonction de la propriété. Prévoyez 2 à 4% du prix de vente de la propriété pour couvrir ces dépenses.

Concrètement, ça veut dire qu’un condo vendu à 177,000 $ pourrait en fait vous coûter entre 180,500 $ et 184,000 $ à l’achat. La facture pourrait monter jusqu’à 260,000$ pour une propriété vendue à 250 000 $.

Deuxième erreur: dépasser son budget

Vous avez trouvé la maison qui correspond à tous vos besoins. Le hic: son prix est plus élevé que le budget maximal que vous vous étiez établi.

Débourser 2 ou 3,000 $ de plus pourrait ne pas poser problème selon l’état actuel de vos finances. Toutefois, dépenser 5 000 $, 8 000 $ ou 10 000 $ de plus que prévu pourrait vous placer dans une situation financière difficile à moyen terme. (N’oubliez pas que les dépenses listées au point 1 augmentent proportionnellement avec le prix de la propriété!)

Troisième erreur: Se faire piéger par le crédit

Acheter une maison est un gros investissement, mais ça ne devrait pas vous empêcher de vivre.

Si votre institution financière vous préautorise pour un prêt d’une valeur de 265 000 $, cela ne veut pas dire que vous devriez acheter une maison aussi dispendieuse. Ce montant correspond au montant maximum que la banque vous estime capable de rembourser en vous serrant la ceinture. Ne considérez donc pas ce nombre comme une indication réaliste de votre budget !

Donnez-vous une marge de manoeuvre qui vous permettra d’encaisser une éventuelle hausse du taux d’intérêt, mais aussi de profiter de la vie.

N’oubliez pas ceci: si être proprio vous force à placer vos achats de tous les jours sur la carte de crédit, vous n’avez pas les moyens de payer votre maison !


Quatrième erreur: Sous-estimer les dépenses connexes

Beaucoup trop de gens ne réfléchissent pas aux conséquences qui découlent de l’achat d’une maison.

    L’emplacement exige-t-il que vous devez acheter une voiture? Devrez-vous l’utiliser tous les jours, avec les frais d’entretien et d’essence que cela implique? Et qu’en est-il du stationnement, une dépense non négligeable si vous habitez en condo ou en ville ?

    Les rénovations: vous aurez sûrement envie de peindre quelques murs et de personnaliser l’espace à votre goût. Avez-vous d’ailleurs prévu un fonds d’urgence pour les pépins imprévisibles ? Pourrez-vous payer le plombier si le réservoir d’eau chaude vous laisse tomber 6 mois après l’achat ?

    L’électricité et le chauffage: votre facture d’électricité pourrait vous réserver une frayeur selon l’état ou la taille de la propriété. Les fenêtres et les murs extérieurs sont-ils bien isolés ? Les derniers propriétaires ont-ils réalisé des travaux afin d’optimiser l’efficacité écoénergétique de la maison ?


    Les frais municipaux: Il y a de fortes chances que votre ville vous fasse payer pour la collecte de déchets, du recyclage et d’autres opérations municipales que les locataires n’ont pas forcément l’habitude de payer eux-mêmes.


Cinquième erreur: Ne pas faire appel à un courtier !

Vous demandez-vous s’il faut ajouter la commission des courtiers aux dépenses à prévoir pour l’achat de votre propriété? Bonne nouvelle: vous n’avez pas à payer de commission à l’achat d’une maison !

L’état de vos finances aura un impact non seulement sur votre capacité à acquérir une maison, mais aussi à soutenir votre style de vie, à entretenir adéquatement la propriété au fil des ans et à maintenir votre santé financière à long terme.

Pensez donc à faire affaires avec un courtier, ou mieux encore, une équipe immobilière de bonne réputation pour vous aider à planifier financièrement l’achat de votre toute première propriété.